Écrit par

La Terre de Feu …

Amérique du Sud, Argentine - Chili, Le carnet de bord, voyage| Vues: 4528

… que l’on décrètera « Terre Hostile aux cyclistes » !

Voilà 5 jours que nous avons quitté Ushuaia à bord de nos montures à 2 roues… Et il s’en est déjà passé des choses ! Nous trouvons les premières étapes difficiles mais ce n’était rien comparé à ce qui nous attendait plus loin…

La première étape de Ushuaia à Tolhuin est assez longue, 105 km avec des passages de cols, mais les vues sont jolies, entre montagnes et lacs, malgré le froid, la grêle et la neige, nous apprécions ce moment en nous rappelant que « ça y est, cette fois on y est, les premiers coups de pédales sont données… »
A Tolhuin, nous sommes accueillis chaleureusement à la Panaderia (boulangerie), connue par les cyclotouristes. Nous y passons la nuit et bénéficions même d’une bonne douche chaude. Sur les murs du dortoir, on peut lire les centaines de cyclotouristes du monde entier qui sont passés par là… Dehors, c’est la tempête de neige, nous craignons le réveil.

La deuxième étape de Tolhuin à Rio Grande est tout aussi longue, 110 km pendant lesquels nous traversons les 4 saisons : soleil, vent, neige … Les paysages sont plus désertiques que la veille, nous roulons un peu tête dans le guidon. Nous arrivons dans une grande (trop grande) ville industrielle et portuaire.  Nous allons demander aux pompiers si l’on peut passer la nuit chez eux (il parait que c’est faisable), ils nous indiquent une Albergue Municipal pas très loin. Nous arrivons devant un bâtiment vide, c’est ouvert, nous entrons… L’Auberge semble à la fois abandonnée et en rénovation, il n’y a personne mais des dortoirs, et un petit salon. C’est un peu glauque, mais n’y pensons pas trop… nous nous y installons pour la nuit.

Troisième jour, censé être plus « cool » avec ses 88 km, mais s’était sans compter sur le vent qui allait commencer à se montrer assez violent. Les vingts derniers kilomètres jusqu’à San Sebastian, sont très pénibles. Nous atteignons difficilement les 10 km/h. Nous arrivons au poste frontalier (passage de la frontière Chilienne) et demandons où l’on peut dormir. On nous indique une petite salle derrière les toilettes du poste de douane. Il y a déjà 3 cyclotouristes bretons, puis s’ajouteront plus tard un couple de backpackers français et un backpacker argentin. Nous dormons donc à 8 collés-serrés dans cette petite pièce bien chauffée ! (D’ailleurs, les Argentins sont certainement dans le Top 5 des plus gros consommateurs de gaz au Monde : les pièces sont surchauffées avec des portes ou des fenêtres qui restent ouvertes…Nous respirons du gaz à plein nez !)

Quatrième jour : Au petit matin, tous les visages sont fermés on sait tous que la journée va être difficile. Notre arrivée au Chili est assez laborieuse, le vent souffle très fort, avec des rafales qui dépassent certainement les 100km/h. Il nous devient très difficile d’avancer sans perdre l’équilibre. La route est devenue piste,  nous nous acharnons pendant 35 km avant qu’un bus s’arrête devant nous, et qui en sort en nous faisant de grands signes ? les cyclistes bretons ! Ils nous demandent si l’on veut monter, eux ont lâché l’affaire quelques kilomètres plus tôt et ont fait du stop… Le regard de Sophie à Vincent en dit long : « Nan mais ne cherches même pas à négocier, on monte direct ! » C’était devenu un acharnement sans intérêt puisqu’il n’y a rien à voir sur ces routes, nous roulons à une moyenne d’à peine 6-7 km/h…A ce rythme là, nous ne pouvons atteindre la prochaine étape avant quelques jours et nous n’avons pas assez de vivres. Le Bus nous laisse peu après le passage du ferry au Nord qui nous sort de la Terre de Feu, notre itinéraire est donc un peu modifié. Nous nous retrouvons dans un endroit assez désert avec juste un arrêt de bus pour se mettre à l’abri. Les bretons décident de continuer le stop jusqu’à Punta Arenas. De notre côté, nous sommes bien décidés à continuer coûte que coûte à vélo, pensant qu’étant sortis de la terre de feu, le vent se calmerait… Nous dormons donc sur place, à l’arrêt de bus.

Le lendemain matin, nous mettons en route et nous rendons très vite compte que non, ça ne sera pas plus simple, le vent est encore très violent, pleine face ou côté, ça en devient dangereux car nous faisons des écarts sur la route et Sophie a dû mal à tenir son vélo. Nous nous résignons à faire du stop… Notre sauveur s’appelle Juan, il nous conduit avec son camion jusqu’à un nouveau croisement qui va au sud à Punta Arenas, et au nord à Puerto Natales. Encore une fois, nous essayons de remettre en route sur nos vélos, cap au nord Puerto Natales mais le vent ne se calme pas, au bout de 3 km, Sophie perd l’avant de son vélo et tombe, nous faisons demi-tour pour se remettre à l’abri au croisement et…refaire du stop  😥
Nous sommes embarqués par un bus qui nous emmène directement à Puerto Natales.

Soyons honnêtes, nous sommes pris d’un sentiment de culpabilité, parce que pour nous c’est clair, c’est de la triche !

Mais pourquoi s’acharner dans un tel environnement et y perdre toute notre énergie et notre temps, nous ne sommes pas du genre à abandonner à la moindre difficulté mais là ça en devenait insupportable et dangereux.
Espérons ne plus devoir mettre les vélos dans un camion pour avancer…
Les éléments se déchainent contre nous, nous savions que la Terre de Feu était un territoire difficile et qu’il nous fallait en sortir au plus vite…mais à ce point, nous ne pouvions tout simplement pas l’imaginer avant de l’avoir vécu.

Depuis notre arrivée la météo ne nous aide pas beaucoup. Mais c’est le jeu, à nous de nous adapter et de se rappeler qu’après la pluie vient le beau temps…

19 Responses to " La Terre de Feu … "

  1. Julien dit :

    Votre projet est tellement courageux qu’on ne peut pas vous reprocher d’avoir pris un bus ou un camtar… ne vous mettez pas en danger inutilement et gardez le moral.. la météo va bien finir par vous sourir c’est sur!! Courage on vous suit! Bizz

  2. Marion dit :

    C’est un Pékin express là ! Allez courage les amis on reste motivés ! Puis vous aurez le temps de les user vos pneus la route est encore longue ! On pense à vous et continuez à rester prudent ! Gros bisous

  3. Pauline Caiola dit :

    Premières étapes difficile! Bon courage à tous les 2 !!

  4. Dall'oglio dit :

    Quel périple ! !! Vous êtes courageux, restez prudents.
    Et vivement le beau temps.bises.

  5. Gisele et roger bremard dit :

    Bon courage les jeunes on pense à vous

  6. normand dit :

    beau résumé et vous avez raison d’être prudents

  7. GALLAND dit :

    Quel aventure trépidante on sait que même si les éléments se déchaînent vous n’etes Pas du genre à vous résigner !!
    Un grand bravo à vous deux et je vous souhaite plein de belles choses pour la suite de votre aventure
    Très cordialement
    Bernard GALLAND

  8. Francoise dit :

    Après la pluie, le soleil …
    Accrochez-vous ! C’est forcément un périple qui sera fait de hauts et de bas … disons que c’est la phase de rodage 😉 hâte de lire la suite, les belles rencontres, les paysages, vos coups de coeur, … y aura forcément tout ça dans la suite de l’aventure 🙂 courage ! Vous êtes des dinguos !!

  9. Merci beaucoup à tous pour vos messages qui nous réchauffent le cœur à défaut d’avoir le soleil ici on vous embrasse !!!

  10. Tanguy dit :

    Vous n’êtes pas au bout de vos peine mais vous allez voir que l’Amérique du Sud est pleine de belle suprises 😉
    Bon courage pour les déserts un peu plus au nord!
    Enjoy
    Tanguy

  11. Ben Mercier dit :

    C’est énorme!!
    Vous avez eu raison, votre challenge est magnifique, mais ne vous mettez pas en danger 🙂
    Impatient de voir la suite! 🙂

    Bisous les copains

  12. Fournel dit :

    Coucou Sophie et Vincent. Vous êtes vraiment courageux et motivés. Nous sommes admiratifs de votre courage et votre ténacité. Pensons beaucoup à vous. Merci pour ces nouvelles que nous a ttendons avec impatience. A bientôt pour la suite……bisous
    Claudine et Lulu

  13. Thierry dit :

    Trop coollll je suis de tout coeur avec vous avec tout le groupe de Patrick sommes avec vous

  14. boutry dit :

    quelle belle expérience et courage je vous admire et j espere un livre a venir pour pouvoir vivre votre experience pour info je suis ami avec lulu et claudine bonne continuation jacky/enzo

  15. Vullo dit :

    Salut les 2 !
    Qu est ce que c est fascinant de lire vos retours…
    Moi je dis « Chapeau » car il faut avoir un gros mental.
    Honnêtement soyez fiers car la méteo est votre compagnon de route donc si elle décide de voys embêter et ben prenez les bons moyens pour avancer et vous êtes qu au début.
    Allez courage Soso et evite de t envoler stp
    A bientôt
    Renaldo

  16. Sobecki dit :

    Bravo pour votre récit ne culpabilise pas condition extrême sage décision à votre habitude vous nous faites rêver on attend la suite de votre voyage

  17. Alex BMW dit :

    Courage les amis ! On pense à vous

  18. VALERIE dit :

    Coucou les aventuriers,
    C est avec un énorme plaisir que je vais lire votre troisième livre, mais cette fois, ce sera en « live » avec léger différé;)
    Je vais suivre votre parcours, vos découvertes, péripéties, rencontres, galères, photos, bonheurs…l aventure que vous vivez et partagez pour notre plus grand plaisir:)
    Je vous souhaite plein de belles choses et beaucoup de courage.
    Prenez bien soin de vous et soyez prudent.
    Hâte de vous lire, à très bientôt
    MUCHOS BESOS
    Valérie K WASH

  19. Rousselin dit :

    Début de parcours compliqué, vous l’aviez prévu !!!!
    Je suis épatée de votre force de caractère à ne pas baisser les bras à la 1ere difficulté, bravo pour ce que vous nous faites partager.
    Hâte de lire la suite de votre périple
    Fabienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.