Écrit par

NOTRE VIE QUOTIDIENNE DE CYCLOTOURISTE

Amérique du Sud, Le carnet de bord, voyage| Vues: 2671

C’est bien beau de vous montrer des photos des paysages que l’on traverse, mais pour vous faire une meilleure idée de notre aventure, il est quand même important de vous parler de notre vie quotidienne, qui en voyageant, en revient aux essentiels : mangerpédalerdormir !

La comida… es la vida !

Depuis que nous pédalons quotidiennement, nous avons TOUJOURS faim, nous pourrions manger manger et manger toute la journée et devinez quel est notre sujet de conversation préféré quand nous pédalons? La bouffe bien sûr !

  • Bordel Sophie la bouffe c’est la vie ! Tu te souviens l’Ortolan avec Marion et Nico ? Je donnerais beaucoup pour y être à nouveau !
  • Mais grave … Imagine aussi du bon pain, du bon vin, du fromage ….

Notre régime alimentaire ici consiste en des plats simples : pâtes, semoule, lentilles, thon, pain, beaucoup (trop) de pain, flocons d’avoine et fruits secs, avocats, bananes, pommes, gâteaux pour les petits creux, et lorsque nous dormons chez l’habitant, Sophie cuisine des plats un peu plus élaborés avec des légumes et des œufs ou du poulet.

Nous avons découvert en Argentine LA DULCE DE LECHE, sorte de confiture de lait qui remplace ici le Nutella ! On adore ça au petit déjeuner … 😋 Au Chili, on appelle ça la Manjar. C’est presque pareil mais préférence pour l’argentine quand même !

Aussi, nous avons goûté aux célèbres empañadas, on pourrait dire que ça ressemble à une calzone frit ou au four, fourrée à la viande, aux légumes, au fromage … mmmh un régal mais mieux vaut ne pas en abuser si nous voulons rester sveltes sur nos vélos  !

En parlant de rester sveltes, contrairement à ce que vous pouvez imaginer, (« ils font du sport tous les jours, il mangent des plats simples sans gras, ils respirent le bon air… ») on vous arrête tout de suite, le voyage à vélo ne fera pas de nous des athlètes ! Notre rythme de vie change, nous devons aussi nous adapter à la nourriture locale (difficile de garder une bonne hygiène alimentaire), nous roulons beaucoup certes mais en mode diesel : ahhh de l’endurance et des cuissots ça pas de problème on en a, mais le cardio… disons qu’il s’encroute un peu… de temps en temps un bon décrassage nous ferait le plus grand bien suivi d’une bonne séance de gainage et d’étirements mais difficile de se motiver après une grosse journée de vélo, sans douche… en sachant que notre principal objectif, reste de trouver un endroit où dormir, manger… et tout ça peut prendre du temps. Et puis disons que quand on retrouve un peu de confort, notre première envie est de nous reposer, et de profitez un peu de l’apéro et de la bonne bouffe !

En Patagonie, la viande de mouton (Cordero) est tres consommée. (C’est vincent qui se régale 🤢😂) Dans les restaurant ils cuisent presque entiers sur des broches et un grand feu. Le Barbecue est très réputé « el asado », les argentins et chiliens sont de gros carnivores.

En Argentine, les panaderías (=boulangeries) n’ont parfois presque (on dit bien presque parce que quand même, soyons honnêtes, nous avons en France les meilleures boulangeries du monde… ) rien à envier aux boulangeries françaises : il y a du bon pain et de bonnes pâtisseries. Un point pour les croissants à la dulce de leche ! C’est moins le cas au Chili… du coup, en gros dales que nous sommes, nous avons toujours hâte de retourner en Argentine quand nous sommes au Chili !

En plus, les supermarchés en Argentine sont beaucoup plus fournis aussi … encore un point pour l’Argentine !

En ce qui concerne l’eau, pour le moment nous ne rencontrons aucun problème à en trouver, l’eau du robinet est potable presque partout en Argentine et au Chili (à voir si c’est toujours le cas plus au nord) et il y a des rivières pures presque partout. Nous ne filtrons même pas l’eau des rivières et pour le moment, aucun problème d’ordre gastrique …

Où dort-on ?

Nous essayons au maximum de dormir gratuitement donc plusieurs possibilités :

Bien sûr, le camping sauvage. Avec des vélos c’est plutôt facile de se glisser dans un endroit discret et à l’abri des regards. Par contre, pas toujours évident pour plusieurs raisons :

– D’abord la météo qui ne nous est pas toujours favorable, lors de notre traversée de la terre de feu nous n’avons quasiment jamais planté la tente à cause du vent, impossible dans la pampa où il n’y a pas un arbre pour s’abriter. Nous traversons également en ce moment même des régions très pluvieuses.

– Ensuite, les routes sont souvent clôturées de chaque côté sur des centaines de kilomètres ! Les argentins et les chiliens sont les rois de la clôture.

– Puis, difficile de planter la tente également lorsque nous arrivons dans les villes.

Du coup, nous essayons le plus souvent de trouver un couchsurfing ou un warmshower. Nous nous y prenons 2-3 jours avant lorsqu’on a la chance d’avoir du wifi et envoyons quelques demandes.

Couchsurfing chez Fefo, Pucon

Sur 5-10 demandes, nous recevons presque toujours une réponse positive. Les gens qui nous accueillent sont adorables, pour être sur ce genre de site, il faut déjà être assez ouvert et aimer partager sa culture et apprendre de celle de ses hôtes. C’est un super concept qui nous permet à la fois de dormir sous un toit sans dépenser de fortunes (car rappelons qu’en Argentine et au Chili, tout est plutôt cher. Par exemple, une nuit au camping peut vite vous coûter 15-20 euros ! Juste pour planter sa tente… et en Janvier-Février les prix augmentent pour la haute saison) et de rencontrer des locaux avec qui nous partageons de bonnes discussions autour d’un repas ou d’une bière 🙂

Il nous est arrivé aussi plusieurs fois de taper directement chez les gens ou chez les pompiers pour demander un toit pour la nuit. Ça arrive dans des régions plus reculées et moins touristiques, et nous avons toujours été accueilli avec générosité !

Et puis parfois bien sûr, pour notre bien être physique et surtout moral, nous nous payons le luxe d’une chambre dans un « hostel »(=hôtel petit budget) ou « hospedaje »(=chambre chez l’habitant) ! Et la c’est le gros kiffe… un lit deux places (dans le meilleur des cas), qui nous permet de dormir ensemble sans nos sacs de couchage 😅 et une douche chaude …

Comment définissons-nous les étapes ?

Vincent avait déjà bien travaillé sur le sujet avant de partir, en partie grâce à Google map, à des inspirations comme dans « Carnets d’aventures » ou quelques blogs,  mais surtout grâce au site Bikepacking.com (le must)! Le « bikepacking » en gros c’est le voyage à vélo léger.

Nous suivons l’itinéraire dans les grandes lignes mais il y a toujours des ajustements, des changements voulu ou non voulu…

Nous utilisons principalement 2 applications : maps.me et IOverlander.

Ces deux applications fonctionnent sans wifi, il suffit de télécharger les cartes au préalable.

Avec maps.me, nous pouvons évaluer les distances et les dénivelés (plus ou moins fiable) qui nous attendent. Cette appli nous est très utile et nous l’utilisons au quotidien puisque nous  avons fait le choix de ne pas nous encombrer de cartes papiers.

IOverlander, c’est une appli mise à jour par les utilisateurs, elle nous indique les bons spots de camping sauvage mais aussi tout ce qui peut être utile au voyageur : les lieux touristiques, les campings et hôtels sympas, les restaurants, les supermarchés … bref on y trouve beaucoup de choses !

Grâce à ces 2 appli, surtout Maps me, nous pouvons prévoir nos étapes « assez » facilement. Mais bien sûr entre l’électronique et la réalité tout n’est pas toujours bien coordonné…et il faut souvent savoir nous déconnecter et faire confiance à notre destin qui saura toujours bien nous guider !

4 Responses to " NOTRE VIE QUOTIDIENNE DE CYCLOTOURISTE "

  1. NORMAND dit :

    toujours contente de vous lire belle expérience de vie

  2. Honoré Julie dit :

    Profitez bien de votre aventure! Je suis impressionnée par tout ce que vous faites. Il faut du courage pour se lancer ce genre de défi. Continuez à raconter votre quotidien. Cela nous donne l’impression de voyager nous les « sedentaires »…

  3. Marion et Nico dit :

    Ahhh l’Ortolan 🙂
    Promis on pensera à vous dès qu’on y retourne ! Mais bon là avec tous les repas de fête on est calé pour un moment ! En tout cas ce petit clin d’oeil dans votre article nous a bien fait sourire !!
    Et ça va pour recharger vos téléphones ? vous arrivez à avoir toujours de la batterie pour avoir accès à maps.me…?
    En tout cas vous avez l’air de vous débrouiller parfaitement !
    Bonne continuation et encore nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année remplie de découvertes !
    On pense à vous et quel plaisir de lire vos aventures !
    Bisous les cantinois 🙂

  4. Aurelie ( bobi ) dit :

    Quel courage !!
    Un sacré défi
    Vous m’impressionnez
    Merci de nous partager cette belle aventure Avec vous
    Ca nous fait rêver
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.