Écrit par

La Bolivie, Partie 2

Amérique du Sud, Bolivie, Le carnet de bord| Vues: 2754

D’Uyuni à Oruro :

Malheureusement, pas grand chose de bien passionnant sur cette portion… Nous avons suivi les conseils d’autres voyageurs et avons fait le choix de prendre un bus pour éviter de pédaler tête dans le guidon pendant 3 jours sur une route inintéressante.

La ville d’Oruro est réputée pour être « triste et moche », en parti dû à son industrialisation, mais en y arrivant, rien de bien choquant, on a connu pire… et puis il faut dire que nous ne voyons pas que des inconvénients à être dans une grande ville car nous pouvons profiter de refaire le plein de nourriture (fruits et légume sec, chocolat, miel…) que nous ne trouvons pas dans les villages. Et c’est surtout l’occasion de boire une bonne bière et de se faire un bon petit plat !

Nous posons donc nos roues dans un petit Hostel du centre ville :

Le couvre feu est à 21h00, après ça les portes seront fermées, nous prévient le propriétaire.
Ah bon, et pourquoi ça ?
A cause des Attentats ! Les péruviens jettent des bombes !

Ok…Pas très rassurant tout ça… On pense surtout que c’est un peu de paranoïa à cause de ce qu’il s’est tristement passé en ce mois de février pendant le Carnaval d’Oruro (L’explosion d’une bonbonne de gaz à notamment fait 8 morts et une cinquantaine de blessés )

Quoi qu’il en soit, nous rentrons avant le couvre-feu après un bon restaurant végétarien (Quel régale, ça change de l’éternel riz-poulet !)

D’Oruro à Sajama :

Sortir d’une grande ville à vélo n’est jamais une partie de plaisir… Slalomer entre les voitures, les  motos,  les nuages de fumée et les coups de klaxonne de bon matin, ça réveille…
Mais c’est l’histoire d’une petite heure avant de retrouver le calme des grands espaces…

Il fait beau, le vent est calme, la route est bonne, bref la mayonnaise parfaite pour voir les kilomètres défiler à vitesse grand V. C’est une bonne raison pour appuyer comme il se doit sur les pédales et ainsi décrasser un peu les machines !

« Décrasser la machine » ça c’est l’expression favorite de Vincent qui agace un peu Sophie… non mais sérieux, à croire qu’on s’encrasse à rouler tous les jours !??  😉

A midi, nous aurons déjà fait  presque 100 bornes.

A Turco, nous sommes accueillis comme des rois par un policier de la ville nous voyant chercher un endroit où dormir.

Holà Amigos ! ça alors, Il y a deux autres français à vélo qui sont arrivés quelques minutes avant vous ! Vous pouvez tous dormir au « Centro de Salud » si vous voulez ! Suivez-moi, je vous y emmène !

A peine arrivés et nous voilà confortablement installés dans une chambre de la maternité en compagnie de Capucine et Vianney, deux ch’timis qui comme nous, comptent rejoindre la Colombie à vélo !
Vous pouvez suivre leurs aventures sur Instagram : @lesblondsavelo

Si ce matin on nous avait dit qu’on tomberait sur deux biloutes dans ce bled paumé…
D’autant plus que Vianney est un ancien joueur de tennis et que Vincent et lui ont des connaissances en commun par ce biais !
Le courant passe super bien et c’est donc ensemble que nous rejoignons Sajama avec une route et une météo quasi parfaite.

Parc National Sajama :

Le parc national Sajama est réputé pour ses treks entourés de montagnes et volcans, ses geysers et ses eaux thermales.
C’est aussi ici que se trouve le toit de la Bolivie, le Volcan Sajama  à 6540m.
Nous aurions aimé tenter de gravir son sommet mais malheureusement, la saison n’est pas du tout propice à l’alpinisme car trop de neige et surtout de gros orages sévissent chaque jour.

La Bolivie est cependant le parfait endroit en tant que novice pour tenter un sommet à plus de 6000 car certains ne sont pas très techniques et surtout très abordables financièrement. Il parait que du côté de La Paz, le Huayna Potosi (6088m) est praticable en ce moment. A voir …

Nous profitons de ce beau parc national pour faire une balade en VTT à vide (le bonheur!), nous passons par les geysers, et nous nous perdons dans les pâtures inondées…Ce qui était censé être une balade tranquille se transforme en parcours du combattant : il faut slalomer, pousser, sauter au dessus des rivières…Bref, ce ne sera finalement pas de tout repos ! Mais nous finissons par retrouver notre chemin et passons entre les grêles et la neige que l’on voit tomber sur les flancs de montagnes pas très loin. En parlant de neige, c’est la première fois que nous avant aussi  froid depuis le début du voyage !

Vincent profite de cette étape pour aller faire un petit footing à 4200m tout de même… et voir comment sont les sensations. Enfin… c’est surtout pour se déculpabiliser de ses petits kilos en trop qu’il traine et qui le perturbe au plus haut point ! 😯  Vous pouvez en croire Sophie qui l’entend presque tous les jours…

Pour notre dernier jour à Sajama, nous décidons de la jouer « cool » et de rejoindre nos amis aux thermes en fin de matinée. Mais en chemin, nous tombons sur un croisement qui indique une « petite » rando jusqu’au camp de base du Sajama… 800 mètres de dénivelé plus haut, la vue sur le Sajama et sur la vallée et superbe !
Mais pour ce qui devait être une petite rando, nous aurons marché quand même 25km jusqu’aux thermes. Une bonne récompense nous attend avec un bain chaud comme on les adore avec en prime une vue imprenable. L’orage arrive et nous voyons de gros éclairs tout autour de nous, les grêles commencent à tomber dans notre piscine… C’est agréable d’assister à ce spectacle bien au chaud  mais après avoir vu un éclair passer tout prêt, il est peut être temps de sortir de l’eau … Jouons la prudence !

Au soir, comme à notre habitude depuis 3 jours, nous allons dîner chez une petite mamie sur la place centrale. Elle nous cuisine de bons petits plats bien garnis pour quelques bolivianos, et petit bonus, elle a du bon fromage frais, du vin et de la binouse !

De Sajama à Patacamaya :

Nous quittons Sajama avec le soleil, 188 km nous séparent de Patacamaya, notre prochaine destination où nous prendrons un bus pour atteindre La Paz. (nous ne voulons pas rouler sur une deux fois deux voies et encore moins pénétrer à vélo dans une métropole comme La Paz où le trafic est sans aucun doute abominable).

La route qui nous sépare de Patacamaya est très belle, nous mettrons 2 jours pour y arriver en traversant des paysages montagneux, où les formations rocheuses font penser aux canyons des déserts arides. Nous roulons au milieu des Chullpas : sortes de petites tours funéraires de la civilisation pré-inca.

La Paz :

Le colectivo (bus local) nous lâche à El Alto, le quartier le plus haut de La Paz. Nous arrivons en plein marché, il faut slalomer encore une fois, mais cette fois entre les voitures, les colectivos, les vendeurs ambulants… On se prend un nuage de pollution dans la figure dès notre arrivée ! Mais dès que nous sortons de ce trafic, nous découvrons la ville vue d’en-haut… c’est incroyable ! On n’a jamais vu une ville pareille…

Comment une métropole aussi immense a pu se bâtir dans ces montagnes à plus de 3500m d’altitude ?

Nous dévalons un bon 400m de dénivelé négatif pour arriver en centre-ville, là où se concentre l’activité touristique et nous trouvons un super petit hostel pour 80 bolivianos (9euros) la nuit avec petit-déj, wifi, cuisine à disposition… Bref, tout ce qu’il nous faut quoi ! (Hostel Posada del Sol)

Vous vous doutez bien que nous profitons de cette étape en ville pour…MANGER et se faire plaisir ! Le must aura été la crêpe au Nutella-Banane ! Quoi que le burger maison de El Fenomeno remporte aussi la palme !

Bon, on vous rassure, on ne fait pas que de manger, on visite aussi la ville grâce aux téléphériques qui desservent beaucoup de quartiers, et la vue des cabines est juste dingue ! Il y a aussi une visite guidée super cool avec les « Red Cap », voici quelques anecdotes apprises lors de cette visite :

  • Avant de construire sa maison en Bolivie, il y a un rituel à respecter et il faut enterrer un fœtus de lama sous les fondations pour porter bonheur. Il y a un quartier à La Paz (le quartier des sorcières) où l’on peut d’ailleurs acheter des Bébés et fœtus de lamas « sèchés » … C’est un peu glauque mais c’est la tradition ! Par contre pour construire un immeuble, un fœtus de Lama ne serait pas assez conséquent selon la légende… et il paraît que des restes humains auraient été retrouvé sous des fondations d’immeubles à La Paz…  😯 
  • Il y a une prison en plein centre de La Paz, où les familles des détenus ont pu s’installer et un village entier s’est créé à l’intérieur de la prison. Elle est surtout connu pour avoir été un haut lieu de la fabrique de cocaine… Il y a quelques années le « prison tour » était prisé des touristes : une visite guidée de la prison et un petit sachet de poudre blanche inclus dans le tour ! Maintenant, c’est plus contrôlé mais il paraît que ça se fait encore clandestinement… 
  • Le président actuel Evo Morales semble avoir fait beaucoup pour développer la Bolivie et les conditions de vie de ses habitants. Mais il n’a pas toujours l’air très fut-fut …  

Exemples : 

  • Lors d’un déplacement en Espagne, un journaliste lui demande quelle est son équipe de foot favorite en Espagne, réponse : le Réal Madrid. Puis le journaliste lui demande son équipe favorite dans le Monde, réponse : le FC Barcelone !!! (Petite précision, Evo est un fervent passionné de football, on peut d’ailleurs trouver dans tous le pays de très beaux terrains de foot, même dans des villages isolés à moitié délabrés … le terrain de foot lui, il est en parfait état !)
  • Le président demande à la population masculine de ne plus manger de poulet car ils sont élevés aux hormones féminines et selon lui, s’ils en mangent trop, ils vont devenir « gays » 😯 … Il demande également à ce que les gens arrêtent de boire du Coca-Cola car c’est le capitalisme américain… puis, quelques temps plus tard, il est  pris en photo devant une assiette de poulet et une bouteille de Coca-Cola !

L’Ascension du Huayna Potosi :

Nous avons décidé avec nos amis Capucine et Vianney, puis Xavier rencontré à l’hostel, de partir à la conquête du Huayna Potosi qui culmine à 6088m d’altitude ! Nous partons pour deux jours puisque nous sommes tous déjà acclimatés. Le premier jour, nous nous embarquons pour une rando d’environ 2h30 pour rejoindre le camp de base à 5200m. Normalement à cette époque, il n’y a pas de neige sur cette première partie…mais pour nous il y en a déjà pas mal ! Malgré la difficulté, les grands enfants tels que Vincent et Xavier s’amusent à faire des batailles de neige…

Nous arrivons au refuge vers 15h, petit goûter, installation dans les dortoirs puis dîner à 17h ! Extinction des feux vers 19h car il faudra se lever en pleine nuit !
Vers Minuit et demi, tout le monde se lève, on se prépare avec la panoplie du parfait petit alpiniste : polaire, doudoune, Gore-tex, chaussures et crampons, piolet…
On s’encorde à notre guide et c’est parti pour une ascension qui durera environ 4h30 sous la neige !

Les deux premières heures sont agréables, grimper à la lueur de la frontale, ça donne vraiment un air de grande aventure ! Puis nous passons la barre des 5700-5800m… le souffle devient court, très court…les pas sont de plus en plus lents, mais il faut s’accrocher, le sommet n’est plus très loin ! Nous passons un mur d’environ 30m au piolet, puis une crête de 20cm de large avec le vide de chaque côté !
Vincent était un peu malade avant de partir, c’est donc encore plus dur pour lui.

Mais à l’arrivée au sommet… c’est l’explosion de bonheur ! On y est ! Et tous les 5 ! Nous fêtons les 41 ans de Xavier avec un petit gâteau improvisé. Embrassades avec les copains, quelques photos et il est déjà temps de redescendre car franchement, on se les pèle grave là-haut !!!
Malheureusement, nous n’aurons pas la vue tant espérée du Lac Titicaca et de la Cordillière…il neige encore et tout est totalement bouché.

La descente est plus rapide mais la fatigue se fait de plus en plus ressentir et la dernière heure est éprouvante. Nous sommes heureux d’arriver au camp de base après presque 7h sous la neige et le froid. Un bon thé bien chaud, on refait les sacs et c’est reparti pour la dernière descente, toujours sous la neige ! Nous sommes épuisés, mais tellement contents de l’avoir fait et surtout en si bonne compagnie !

Nous retournons à La Paz et allons fêter ça avec, devinez quoi ??? Une fondue suisse et une raclette !!! Franchement bien méritée…

Le Lac Titicaca :

Nous quittons finalement La Paz après environ une semaine, direction le fameux lac Titicaca, plus haut lac navigable au monde à 3800m d’altitude. Nous choisissons de le longer côté nord, moins touristique et moins fréquenté, ce ne sera que mieux pour déambuler à vélo ! Nous roulons tantôt sous le soleil, tantôt sous la pluie. Longer le lac donne l’impression d’être au bord de l’océan tellement c’est immense, on ne voit pas l’horizon ! Les villages qui bordent le lac sont vraiment mignons et colorés, moins délabrés que ce que nous avions l’habitude de voir en Bolivie, et les habitants sont charmants et souriants, avec toujours un petit signe d’encouragement. Il y a des champs de quinoa de toutes les couleurs, des champs de blé et de papas (pommes de terre). L’environnement est vraiment beau et apaisant. Nous nous dirigeons tranquillement vers le Pérou, qui possède une majeur partie du lac.

En quelques mots… ce qui nous a plu en Bolivie 

  • les paysages incroyables du Sud Lipez et le miroir immense du Salar d’Uyuni
  • La rencontre avec Capu et Vianney, nos deux ch’tis à vélo ! 
  • La baignade dans une piscine d’eau thermale à 38 degrés sous la grêle et l’orage à Sajama
  • Les restaurants de La Paz ! (Mention spéciale pour les burgers du « Fenomeno » dans la rue Murillo)
  • La bouffe pas cher !!! (On n’a pas sorti le réchaud pendant 3 semaines)
  • L’ascension du Huayna Potosi – notre premier 6000 ! 
  • Le bon état des routes boliviennes, grâce au président Evo Morales qui a développé le réseau routier.
  • La gentillesse de sa population dans la majorité des cas …

Ce qui nous a moins plu 

  • La pollution : beaucoup de déchets le long des routes et une pollution extrême dans les grandes villes dû à un trafic intense. Il y a bien une dynamique écologique, on peut voir sur tous les murs des écoles « Cuidado con la Tierra madre » et plein d’autres messages à but écologiques mais malheureusement, très peu sont ceux à vraiment y prêter attention. Il nous est arrivé de voir des enfants jeter leurs papiers par terre, des adultes jeter leurs déchets par la fenêtre de la voiture … La prise de conscience est loin d’être acquise en Bolivie.
  • Même si en grande majorité les gens ont été très accueillants, on a parfois eu des situations où les locaux étaient un peu rudes … assez hostiles à notre égard en nous répondant à peine ou en nous regardant de haut en bas. Mais encore une fois, il s’agit là d’une minorité comparé à tous les bons moments, les signes d’encouragements le long des routes, etc… 
  • Le choix très restreint de nourriture dans les villages…poulet, riz, œuf : le repas se limite souvent à ces 3 ingrédients avec parfois des frites si on a de la chance ! Oui car en Bolivie, il n’y a aucun problème à servir du riz et des frites dans le même plat, c’est très courant ! Avec souvent même en entrée « una sopa de fideo » une soupe de pâtes … Disons qu’on ne manque pas de féculents ! Par contre pour les légumes,c’est une autre histoire …

 

Allez sur ce, on se retrouve au Pérou !

2 Responses to " La Bolivie, Partie 2 "

  1. Fournel dit :

    Encore un récit magnifique. On s’y croirait !! Très belles photos qui font rêver. On attend la suite avec impatience. Quelle chance vous avez de vivre tout ça et surtout quel courage . Gros bisous à vous 2. Prenez soin de vous
    Claudine et Lulu

  2. Valérie dit :

    Mais les ch’tis sont partout, encore de belles rencontres, de magnifiques images et un superbe récit, bravo les champions , courage, gros bisous;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.