Écrit par

L’Equateur, ce petit pays au beau « Milieu du Monde »

Amérique du Sud, Equateur, Le carnet de bord| Vues: 2334

Nous entrons en Equateur sans vraiment savoir ce qui nous attend, nous n’avons que très peu « étudié » ce petit pays qui nous fera symboliquement passer de l’hémisphère sud à l’hémisphère nord.
Nous savons cependant qu’il est, comme le Pérou, divisé en 3 parties : la Costa, la Sierra et l’Oriente. La côte, comme au Pérou, ne semble pas avoir beaucoup d’intérêt, et on nous le répète souvent, elle est plus dangereuse pour nous les voyageurs (des attaques et des vols recensés). La sierra, c’est la continuité des Andes avec ses montagnes et ses volcans dont le plus connu : le Cotopaxi, l’un des volcans les plus actifs du monde; et l’Oriente, c’est l’Amazonie, avec sa jungle, sa chaleur et son humidité.

Nous avions été prévenu, l’entrée en Equateur par « La Balsa » est épique ! (en atteste l’hypoglycémie de Vincent, une première dans ce voyage !)

En effet, dès le passage de la douane, ça commence à grimper par des pistes de terre à 12-15% ! Il nous reste 27km pour rejoindre Zumba, le premier village équatorien où nous passerons la nuit. Il fait très chaud, nous transpirons comme jamais durant ce périple ! Mais malgré la difficulté, nous nous sentons bien, nous sommes ravis d’entrer dans un nouveau pays et les paysages sont déjà bien différents : des bananiers, du café, des papillons aux multiples couleurs, c’est très vert et luxuriant ! Il nous aura fallu un bon 3h pour arriver à bout de ces quelques kilomètres.

La suite est agréable, bien que les côtes soient particulièrement pentus, elles sont beaucoup moins longues qu’au Pérou. Ici, il nous arrive de grimper pendant 5 -10-15 km mais derrière il y a la descente, puis ça remonte … Au Pérou, ça pouvait durer 30-40 km de montée et derrière il y en avait rarement autant à descendre …

A Vilcabamba, nous sommes surpris par le nombre d’étrangers expatriés ! C’est une ville où l’on parle anglais à chaque coin de rue, il y a des cafés cosy, du bio à gogo, et un mélange de hippies et de gringos bobos qui viennent passer leur retraite dans un climat agréable !

Nous y trouvons même une boulangerie française où l’on nous sert une baguette sur un fond musical de Renaud ! Un kiffe …

Nous roulons ensuite vers l’est et entrons en Amazonie. Il fait de plus en plus chaud et surtout humide. Nous sommes trempés du matin au soir, nous perdons des litres de sueur ! Nous roulons sur une belle route asphaltée (Et ça fait franchement du bien de temps en temps !). Mais attention, l’Amazonie est loin d’être plate ! Il nous est arrivé de faire une journée à plus de 2300m D+. La jungle est bien là, juste à côté, nous la ressentons plus que nous la voyons, par ses bruits et son atmosphère. Nous croisons quelques serpents morts sur la route qui nous dissuadent de nous y aventurer…

C’est dans cette partie de l’Oriente que vivent les communautés Shuars, connus pour avoir été les fameux « réducteurs de têtes » (en savoir plus grâce à Wikipedia 😆 )

Ce passage en Amazonie a été assez furtif, bien que nous aurions voulu l’explorer un peu plus à Puyo, les pluies diluviennes nous ont incité à retourner dans la Sierra au plus vite !
Nous rejoignons donc nos montagnes, avec un petit arrêt par Baños, réputée pour ses thermes et son volcan.
Pour être honnêtes, la ville en elle-même n’a pas trop d’intérêt (hormis ses cafés) ce sont ses alentours qui attirent, avec sa « route des cascades » et ses nombreuses randonnées. Nous en profitons d’être là-bas deux jours pour faire une rando jusqu’à la « Casa del Arbol » où Sophie retrouve ses 10 ans sur la balançoire perchée au-dessus des montagnes, et pour faire trempette dans l’un des nombreux centre aquatique de la ville.

D’ailleurs, nous sommes tout contents d’avoir accès à une piscine de 25m pour faire quelques longueurs, chose que l’on n’avait pas fait depuis 6 mois (en dehors des quelques dizaines de mètres lors du triathlon de Séclantas) mais l’excitation sera de courte durée :

  • Vincent au bout de 100m : Nan mais So, je suis déjà mort ! J’ai fait 4 longueurs et j’en peux plus, je saucissonne dans tous les sens…
  • Sophie : Pareil, au bout de deux longueurs, j’ai l’impression de me dandiner,  je ne sais plus nager ! 

Aie Aie ! On le sait bien, la natation c’est bête et discipliné, il faut s’entrainer le plus régulièrement possible… Bon bah là, on a plus qu’à tout reprendre à zéro ! ça promet pour le prochain triathlon…

Nous fêtons nos 6 mois de voyage à vélo à la Laguna Quilotoa, un paysage splendide et apaisant. La laguna est située dans le crater d’un volcan éteint…

Nous avons la chance de la découvrir avec le soleil, et de la voir se couvrir progressivement de nuages et de brume, qui l’a font passer du bleu – vert étincelant au bleu profond… Un très beau spectacle de la nature qui nous est offert !

(Petit conseil aux voyageurs : si vous vous rendez à la Laguna Quilotoa, mieux vaut dormir à Zumbahua et faire la journée à la laguna située à seulement 13km, plutôt que de dormir à Quilotoa : il fait très froid et les hôtels sont très chers ! ;)) Sinon, vous pouvez aussi camper autour de la lagune mais prévoyez un bon duvet !)

Après cette belle étape, nous nous dirigeons vers le parc national Cotopaxi, mais une poule suicidaire en décidera autrement. A peine 30 minutes après avoir quitté la laguna Quilotoa, en descente à pleine vitesse, Vincent se fait surprendre par une poule qui se jette littéralement sous ses roues. Sophie, juste derrière, admire le vol-plané et les plumes voler dans tous les sens ! Après une glissade de plusieurs mètres sur l’asphalte, Vincent est sonné, sa goretex déchirée et son casque fissuré… Sa tête a bien claqué le sol et il faut se rendre à l’hôpital au plus vite. Par chance, sur cette route peu passante, un pick-up arrive 3 minutes après l’accident, avec à son bord un couple de français ! Leur chauffeur nous emmène au centre de santé le plus proche, retour à Zumbahua. Jacqueline et Hubert, inquiets, nous y accompagnent gentiment.

Heureusement, les examens ne révèlent rien de trop sérieux. Des hématomes et égratignures sur tout le côté gauche (épaule, coude, hanche, genou) et un traumatisme crânien à priori léger, à surveiller tout de même 24h. Le plus douloureux reste le coude, bien gonflé et brûlé.
Nous passons donc la nuit à l’hôpital et en sortons le lendemain. Bon, on veut pas faire les rabats-joies mais c’est pas le même standing que l’hôpital en Argentine… 🙄 Ici, on ne vous propose pas d’eau et même le PQ n’est pas fourni ! Dans la soirée, nous demandons à l’une des aides soignantes du PQ, elle nous dit que c’est à nous d’aller en acheter ! Ok mais les magasins sont fermés… tant pis, retiens-toi jusqu’à demain ! (Heureusement, nous avons toujours un stock dans les sacoches). Aussi, nous sommes dans une chambre de 6 lits, 3 sont occupés, Sophie pense donc passer la nuit dans un lit disponible, mais non ! On lui donne une chaise et bonne nuit ! Les lits sont uniquement réservés aux hospitalisés… Du coup, elle va chercher son matelas et son duvet et s’installe à côté du lit de Vincent… Enfin , on va pas se plaindre non plus car nous n’avons pas déboursé un centime !

Vincent a besoin de quelques jours de repos, ne pouvant pas trop utiliser son bras, il va falloir laisser les vélos de côté le temps qu’il se remette.

Nous décidons donc de nous rendre à Quito, la capitale équatorienne. Nous n’en n’avions pas l’intention mais Vincent aura besoin d’un nouveau casque et d’une Goretex, il trouvera plus facilement ce qu’il faut dans une grande ville.
Nous y sommes accueillis par Roberto et sa fille Olivia, nos hôtes Warmshower. Roberto vit dans un bel appartement du quartier La Paz, au nord de la ville. C’est un fan de vélo sous toutes ses formes : vélo urbain, VTT et il pratique même le « Bike Polo » qu’il nous a fait découvrir.
Nous y passons un week-end agréable, Vincent a finalement pu faire « rafistoler » sa Goretex, bon c’est sûr qu’elle ne sera plus aussi imperméable, mais à 10$ au lieu de 400$ pour une nouvelle, y’a pas photo ! On verra le temps que ça tiendra… Et plus important, il a trouvé un nouveau casque.
Roberto nous cuisine des bons petits plats équatoriens dont le « locro », une soupe de pommes de terre andines avec divers ingrédients : une tuerie ; et le fameux Ceviche, sorte de salade de poisson cru, un délice ! En retour, Sophie lui cuisine ses fameuses pâtes aux brocolis, champignons, bacon !

Nous décidons de laisser les vélos chez Roberto pour aller faire un tour du côté de Mindo, dans la forêt à 2h de Quito en bus, célèbre pour l’observation des oiseaux dont les colibris ! Nous y passerons deux nuits avant de revenir à Quito et de reprendre la route. Cela laissera le temps à Vincent de se remettre totalement de sa chute.

3 Responses to " L’Equateur, ce petit pays au beau « Milieu du Monde » "

  1. Fournel dit :

    Coucou les jeunes ! Encore un magnifique récit de vos aventures. Je me répète ‘ mais nous vous envions, nous qui sommes amateurs de beaux paysages et de la nature en général. Mais par votre intermédiaire, on voyage avec vous ! Bon rétablissement à Vincent et profitez bien de vos quelques jours de détente !
    Gros bisous à vous 2
    Claudine et Lulu

  2. Valérie dit :

    Les images sont toujours superbes et différentes.Vous nous faites découvrir avec une grande facilité bien sûr, une infime partie de votre aventure, merci.Vincent j espère que tu as récupéré et que ton vélo n’as pas trop morflé.Courage, bonne route pour la suite Gros bisous.;);)

  3. Salut les amis,
    Épique votre passage en Équateur. Et le tueur de poules comment il va? Franchement pas de bol vous vous souviendrez de Quilotoa.De mon côté je termine la cordillera blanca, une chouette boucle. Ensuite je me dirige vers Pasto Uri et les Puya Raimondi puis el bosque se Piedra. Et après je pédale au plus vite retrouver ma chérie. Je vous embrasse et bonne continuation.
    Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.